Formation soigneur animalier : Guide et Conseils

Si vous êtes un amoureux de la nature et du monde animal, alors soigneur animalier est sans aucun doute un des plus beaux métier du monde. C’est un travail de passionné, et c’est même probablement une vocation. Prendre soin des lions, observer les rhinocéros, jouer avec les singes, font partie des tâches quotidiennes du soigneur animalier. Tout n’est pas non plus idyllique, et il faut connaître les contraintes de ce métier. Je vous explique donc ici tout ce qu’il faut savoir, que ce soit sur les formations pour devenir soigneur animalier, sur les débouchés ou encore sur les évolutions possibles.

soigneur animalier tout savoir

Devenir soigneur animalier

On ne s’improvise pas soigneur animalier, il faut le bon tempérament et un amour inconditionnel des animaux, c’est même la première qualité indispensable. Il faut également une bonne condition physique, puisque le soigneur doit marcher énormément chaque jour, il doit nettoyer les enclos, et porter des charges relativement lourdes de nourriture pour tous les pensionnaires. Il faut donc être au top physiquement.

S’il s’agit d’un beau métier, il faut tout de même de la motivation, puisqu’il faudra nettoyer les litières et retirer les déjections de gros animaux, et se confronter donc tous les jours à des odeurs pas forcément agréables.

Bien sûr, il faut être courageux, ne pas avoir peur de quelques animaux, et avoir un réel sang froid. Ce dernier s’acquiert avec l’expérience, mais il faut être prêt dés les débuts. Il faut aussi un très bon sens de l’observation, pour détecter un problème de santé rapidement chez un animal, et donc une très grande concentration.

Enfin, il faut absolument être manuel, puisqu’il est nécessaire de manipuler du matériel médical, et il faut toujours agir rapidement et efficacement, les animaux étant généralement moins patients que les humains.

La formation

La formation se passe généralement en moins d’un an. Elle comprend des cours dans un centre ou une école, combinés à des stages en entreprise. Il y a actuellement quatre établissements en France qui dispensent des formations de soigneur animalier :

Le centre de formation de Gramat dans le Lot
Le centre de formation de Vendôme dans le Loir-et-Cher
Le centre de formation de Carquefou en Loire Atlantique
Le lycée agricole privé Saint-André dans département de la Loire

Certaines formations réclament le niveau Bac, mais la plupart sont accessibles depuis la 3e. Pour les intégrer, il sera souvent nécessaire de passer par un concours d’admission.

Débouchés soigneur animalier

C’est, bien sûr, un métier qui attire énormément de prétendants. La passion pour la nature touche heureusement beaucoup de monde, mais il n’y a que peu de places qui se libèrent chaque année dans les 400 parcs zoologiques de France.

Ainsi on compte environ 5 à 6 embauches par an dans ce secteur, ce qui est évidemment très peu en comparaison du nombre de personnes intéressées par les postes. On peut donc s’ouvrir des portes supplémentaires en faisant des formations spécialisées, pour postuler également à des emplois de chef animalier ou responsable de zoos privés.

Heureusement, la formation de soigneur animalier offre d’autres solutions. La plus prometteuse se trouve dans le monde de l’équitation. Les centres équestres sont réellement très nombreux, et il y a plusieurs métiers comme palefrenier ou éleveur qui peuvent être envisagés. C’est un secteur qui se porte vraiment très bien, et on trouve plusieurs évolutions professionnelles possibles.

Il est également possible de suivre un cursus d’auxiliaire vétérinaire qualifié, afin de devenir assistant vétérinaire. C’est un métier qui réclame une grande polyvalence, puisqu’il faudra gérer une partie administrative, accueillir les clients,prendre en charge les animaux, et également assister le vétérinaire pendant les soins ou les opérations chirurgicales. Les cliniques vétérinaires sont très nombreuses, il y en a plusieurs par ville, et c’est donc un secteur qui se porte également très bien.

Enfin, la formation de soigneur animalier peut vous conduire plus facilement vers des emplois différents, mais toujours en lien avec le monde animal. Le toilettage pour animaux de compagnie est un secteur en pleine explosion, et même si ce n’est peut-être pas ce qu’on espérait au départ, ça reste tout de même une bonne opportunité de carrière, d’autant que les salaires sont généralement meilleurs que dans un zoo.

Il est également possible de devenir vendeur en animalerie. On reste alors au contact de nombreux animaux, on explique aux clients comment s’en occuper, on gère les stocks de nourriture, on nettoie les cages, etc. C’est un travail qui ressemble un peu à celui de soigneur animalier, avec bien sûr une diversité moins importante, et dans un environnement peut-être moins séduisant. Cela dit, un intéressement sur les ventes peut permettre de gagner plus qu’avec un poste dans un zoo.

Salaire du soigneur animalier

C’est un métier que l’on doit faire par passion. Si vous espérez devenir riche et gagner beaucoup d’argent, alors il faut immédiatement chercher un autre secteur d’activité, puisque ce n’est pas en tant que soigneur animalier que vous atteindrez cet objectif financier.

Le salaire moyen d’un soigneur animalier est de 1 466€ par mois. Lorsqu’on débute, il ne faut pas espérer gagner beaucoup plus que le SMIC, et on sera augmenté progressivement avec l’ancienneté, lorsqu’on prendra plus de responsabilités.

Il faut également prendre conscience que c’est un métier qui demande quelques sacrifices sur le plan des horaires. Il n’est pas rare de devoir travailler de rester la nuit pour s’occuper d’un pensionnaire malade ou pour attendre un accouchement, et bien sûr les animaux ne partent pas en week-end ou en vacance et donc il faudra parfois travailler, même le dimanche.

Les évolutions possibles

Le salaire est donc relativement bas, mais il est possible d’évoluer pour gagner un peu plus. On peut alors devenir chef animalier. Le travail consiste à gérer une équipe de soigneur animalier, à planifier et organiser le travail, le nettoyage, les tournées de nourritures, etc. Le chef animalier, n’aura plus ou presque plus de tâches ingrates, mais il est responsable de la sécurité et du bien-être d’absolument tous les animaux. Il est le lien entre le directeur du zoo et le reste des employés.

Enfin, le Graal lorsqu’on travaille dans un zoo, c’est de finir responsable d’un zoo privé. On gère alors tout l’établissement, du management au marketing, en passant par la création de thématique ou de journées spéciales. C’est évidemment un travail où les responsabilités , notamment financières, sont beaucoup plus grandes, et il faut minimum un Bac+3 pour espérer accrocher un poste de responsable.

Malheureusement, si les postes de soigneur animalier sont déjà très rares, c’est encore plus difficile de trouver un poste de chef animalier ou de responsable d’un parc zoologique privé. On considère en moyenne, qu’une seule place tous les ans est à pourvoir. L’évolution peut donc se trouver parmi les débouchés que je cite plus haut. En effet, en fin de carrière, il peut être préférable de travailler auprès d’un vétérinaire ou bien en tant que vendeur en animalerie, plutôt que dans un zoo qui réclame des efforts physiques importants.

Les différentes formations de soigneur animalier

Comme je l’explique un peu plus haut sur cette page, il n’y a pas pléthore d’écoles ou de centres pour dispenser la formation de soigneur animalier. Quatre établissements se partagent donc les stagiaires, avec les formations suivantes :

Spécialisation soigneur animalier au CFPPA à Vendôme dans le Loir-et-cher.
Certificat soigneur animateur d’établissements zoologiques au CFAA de Gramat dans le Lot.
Formation animalier en parc zoologique à la MFR de Carquefou en Loire Atlantique.
Formation soigneur animalier au lycée agricole privé de Saint-André dans le département de la Loire.

Toutes ses formations se passent relativement de la même façon. On trouve entre 500 et 700 heures de cours, et entre 400 et 700 heures de stage en entreprise afin de découvrir le métier et acquérir des aptitudes manuelles qui ne s’apprennent que sur le terrain.

Le cours seront presque les mêmes d’un établissement à un autre, avec de la biologie, de l’éthologie, des leçons d’alimentation animale, des cours théoriques sur le fonctionnement d’un zoo. Chaque centre à ensuite des cours plus ou moins différents. Certains centres dispensent des cours d’anglais et assurent des séances d’EPS pour être en parfaite forme physique, d’autres se penchent plus sur la botanique, ou bien la législation, ou encore la géographie.

Quoi qu’il en soit, l’objectif final est le même, il faut que le stagiaire puisse intégrer un zoo ou un centre équestre à la fin de sa formation. Il doit intégrer les connaissances générales qui lui permettront d’accomplir toutes les tâches relatives à l’élevage, à l’entretien, aux soins, des animaux, et également à la maintenance de toutes les installations zoologiques. Certaines formations sont plus poussées que d’autres, elles sont post-bac, d’autres sont justement reconnues de niveau baccalauréat en France. Vous trouverez le détail de toutes les formations en vous rendant sur la page en question.

Les conditions d’entrée sont différentes d’une école à l’autre. Certaines réclament simplement d’avoir 18 ans, et vous sélectionnent sur un dossier d’inscription et un entretien, d’autres réclament des diplômes, BEP, CAP ou Baccalauréat.

Enfin, il existe également des formations disponibles immédiatement après la 3e, pour découvrir le travail du soigneur animalier ou d’autres métiers en lien avec les animaux. L’IFSA ou la Ferme Souchinet proposent plusieurs formations qui vont dans ce sens, et qui donne donc donc la possibilité de découvrir le monde animalier avant de réellement choisir une formation plus complète.