Débouchés soigneur animalier

Travailler dans un zoo, s’occuper de l’ours polaire, côtoyer la girafe ou faire copain-copain avec le lion, beaucoup en rêvent. Malheureusement, les places sont rares et pour trouver un emploi de soigneur dans un parc zoologique, il faudra parfois attendre très longtemps, et parfois on ne trouvera jamais. En effet, on compte en moyenne, entre 5 et 6 places libérées par an sur les 400 zoos français, et vous vous doutez que les amoureux de la nature et des animaux sont forcément beaucoup plus nombreux. Heureusement, il existe d’autres débouchés, pour patienter en attendant qu’un poste se libère, ou peut-être pour faire une carrière un peu différente.

débouchés soigneur animalier

Assistant vétérinaire ou auxiliaire de santé animale

Vous serrez le bras droit du vétérinaire. C’est un poste plutôt intéressant, puisque vous endossez de nombreuses casquettes et devenez un maillon essentiel de la clinique vétérinaire. De l’accueil du client, à la prise en charge des animaux, en passant par la préparation des commandes ou l’assistance du vétérinaire pendant les opérations, l’assistant a une grande part de responsabilité dans le bon fonctionnement de l’établissement.

La formation de soigneur animalier ne sera cependant pas suffisante, et il faudra suivre un cursus d’auxiliaire vétérinaire qualifié ou d’auxiliaire spécialisé vétérinaire. Le seul établissement dispensant ces formations est le GIPSA.

Travailler dans un centre équestre

La formation de soigneur animalier sera évidemment un vrai plus pour travailler dans un des nombreux centres équestres en France. Pour le coup, c’est réellement le rôle de soigneur animalier qui s’applique, mais bien sûr uniquement pour les chevaux.

Selon les centres équestres, cette seule formation peut-être suffisante pour décrocher un emploi. D’autres établissements réclament des formations plus spécifiques. L’équitation est un secteur qui se porte très bien, et il y a des évolutions professionnelles dans l’univers du cheval, comme enseignant, guide touristique équestre ou encore entraîneur, etc.

Toiletteur pour animaux de compagnie

À défaut de prendre soin d’un loup, vous pourrez vous occuper d’un caniche ou d’un lévrier. Vous baignez, peignez, tondez, ou épilez tous les animaux de compagnie suivant les désirs de leurs maîtres ou la tendance actuelle. C’est un véritable travail de proximité avec les animaux, et on s’occupe très souvent différemment de chaque animal.

Même si ce n’est pas forcément ce dont on rêvait en se lançant dans une formation de soigneur animalier, le toiletteur est en contact permanent avec les animaux et il peut travailler dans une clinique vétérinaire, ou en salon, mais il restera toujours en contact avec les vétérinaires pour la gestion des pathologies et pour prévenir d’une urgence médicale. Le principal point fort est le salaire qui peut être bien plus intéressant que celui d’un soigneur animalier.

Vendeur en animalerie

Une animalerie est finalement un petit zoo… Bien sûr on ne vend pas de girafe, de tigre ou d’éléphant, mais on reste tout de même au contact de nombreuses espèces différentes. C’est un métier qui réclame beaucoup de polyvalence, puisqu’on est à la fois vendeur, mais également responsable du bien-être des animaux et du bon fonctionnement des différentes installations. Il faut aussi gérer les stocks et parfois s’occuper de quelques tâches administratives.

Il faut posséder un Bac pro Technicien conseil-vente en animalerie ou bien un Bac pro Conduite et Gestion d’une entreprise dans le secteur canin et félin. En terme de salaire, on ne gagnera pas plus qu’un soigneur animalier au départ, mais il est possible d’avoir des primes à la vente et donc de gonfler plus facilement nos revenus.